Pourquoi j’ai créé Digital Feeling ?

j’ai travaillé pendant 10 ans chez un annonceur automobile où j’ai passé beaucoup de temps à former mes interlocuteurs au marketing digital. Férue de nouvelles technologies et de réseaux sociaux, j’allais apporter une nouvelle expertise à cet annonceur. Le digital me passionne et me donne l’impression de ne pas travailler car je vis de ma passion. Ces expériences m’ont permis de développer une méthode unique éprouvée sur plusieurs années afin de transmettre mes connaissances en marketing digital pour booster le business.

Mon parcours professionnel

Mais avant tout ça, mes expériences ont été nombreuses. Après un passage en Régie chez Yahoo! France où j’ai découvert l’univers du Search Marketing. Puis un passage d’1 an en Australie où j’ai managé une équipe de 5 personnes pour récolter des fonds pour la recherche contre le cancer. Rien à voir avec le digital mais j’y appris le management, le coaching, les échanges, le tout en anglais. Je suis revenue bilingue et bronzée 🙂 Un autre de mes passages a été en start-up. C’était incroyable d’énergie avec des briques à monter pour créer une entreprise en marche. C’était assez dingue d’être dans le mobile dans les années 2010, l’impression d’être les pionniers dans un secteur en pleine évolution. Un autre passage en agence cette fois-ci, chez BBDO où se croise l’univers des annonceurs exigeants, des briefs incongrus, des « charrettes », des débriefs encore plus incongrus…tout le monde parle vite, avec un vocabulaire très pointu en marketing digital, c’est fort et exigeant. Puis mon arrivée chez un gros annonceur automobile. Aussi fou que cela puisse paraître, c’est là que j’ai eu le plus de briques à monter pour créer la stratégie digitale de l’entreprise.

J’ai commencé par former mon nouveau chef au marketing digital. Les échanges n’ont pas toujours été simples car il n’était pas évident de toujours se comprendre. Mais nous avons réussi à bâtir une belle image de marque sur le digital. J’ai appris à simplifier mon discours, à expliquer les différentes actions proposées, à faire des études de la concurrence afin de pouvoir se projeter sur les résultats attendus.

Mon embauche pour développer le digital

Après 3 ans à travailler pour cette marque, je suis embauchée en interne pour développer le digital mais l’histoire se répète. Ma nouvelle chef vient du B2B, elle ne connaît pas le marketing digital et je dois la former. J’ai alors affiné mes études de marchés, mes SWOT, mes prototypes et mes recommandations pour donner une meilleure lisibilité du paysage digital du monde automobile que je proposais.

Elodie Chenol, coach et formatrice en réseaux sociaux
DigitalFeeling
Photo de Canva Studio sur Pexels.com

Pendant ces 5 années, j’ai passé beaucoup de temps à expliquer mon métier, mes actions, former mes collaborateurs et mes distributeurs. Ce fut un vrai challenge avec de belles rencontres et la naissance de beaux projets. La transmission des connaissances en marketing digital a été la clé pour réussir nos projets.

Puis en 2016, je change d’entité pour rejoindre le monde du B2B et du camion. L’histoire se répète encore (jamais 2 sans 3 !) mais cette fois-ci à plus grande échelle. J’éprouve ma méthode pour un public plus large afin de partager mes connaissances. La tâche est plus ardue car le marketing est très différent dans l’industrie du poids lourds et surtout le digital est inexistant. Il y a tout à construire !

Je dois former mon chef, les directeurs et globalement les collaborateurs et les distributeurs au digital. J’ai donc organisé des ateliers, des formations, des réunions pour expliquer mon métier et pour mettre en exergue les actions digitales à mener. J’ai déployé beaucoup d’énergie pour transmettre mon message, mon savoir mais pour recommencer chaque fois comme si c’était la première. Non pas que mes interlocuteurs n’étaient pas intéressés. Mais plutôt comme un blocage par rapport au vocabulaire utilisé. Ce qui était compliqué c’est que le digital n’était pas reconnu à sa juste valeur par manque de compréhension dans ce secteur.

La méthode que j’ai développé pour simplifier le digital

Après plusieurs années à revoir mes présentations, à simplifier mon discours, à former mon réseau de distributeurs, à développer le digital pour cette marque ; j’ai appris que le meilleur discours ne sera pas perçu si ce n’est pas le bon moment ou si cela semble trop compliqué.

Elodie Chenol, coach et formatrice en réseaux sociaux
DigitalFeeling
Image par Luisella Planeta Leoni de Pixabay 

J’ai animé des ateliers auprès des vendeurs pour leur faire prendre conscience de l’importance du digital pour la prospection mais aussi pour la fidélisation de leurs clients. La première année fut difficile car dans le monde du B2B, il y avait encore beaucoup de contacts historiques ! On se voit, on s’appelle, on se sert la main et l’affaire est conclue. Pour beaucoup, il était impensable de faire des affaires autrement. Mais c’était sans compter sur l’évolution du comportement des acheteurs qui se digitalise. La nouvelle génération d’acheteurs fait ses recherches en ligne avant de contacter une marque. Ils aiment se projeter en réalisant des configurations de leur futur véhicule. Mon rôle étai de préparer les vendeurs à ces évolutions.

Après plusieurs ateliers effectués, les vendeurs ont commencé à prendre confiance et à utiliser les réseaux sociaux pour prospecter. Quand plusieurs contacts venant de Linkedin ont généré des ventes, ils ont commencé à s’intéresser plus sérieusement au sujet. Mes ateliers sur le marketing digital et mes fiches supports développées à cet effet, les ont aidés à prendre confiance et à faire les premiers pas. Les premiers utilisateurs sont devenus mes ambassadeurs du digital dans le réseau.

J’ai cherché plusieurs pistes afin de transmettre mon message clairement :

  • J’ai traduit les anglicismes du marketing digital,
  • J’ai utilisé un vocabulaire plus simple moins marketing,
  • Je me suis concentrée sur un levier à la fois,
  • Je me suis appuyé sur des recherches de concurrence, étude de marchés, SWOT
  • J’ai utilisé des cas concrets qui parlaient à ma cible
  • Je les ai accompagné,
  • Nous avons avancé pas à pas,
  • J’ai créé des fiches pratiques …

J’étais présente pour les aider car le soutien est indispensable lorsqu’on commence une nouvelle compétence.

La transmission de ma passion du digital pour vous faire avancer !

Ces 10 ans m’ont permis de réaliser que ce que j’aimais par-dessus tout c’était transmettre ma passion du digital. Je me suis prise au jeu de l’évolution du chiffre d’affaires grâce au marketing digital. Je trouve cela grisant de voir les résultats de nos efforts et de voir le business boosté par nos actions. De voir les business grandir et se développer m’ont apporté la conviction que si tout le monde comprenait le marketing digital, il y aurait plus d’entrepreneurs, d’indépendants, de TPE présents sur ce levier afin de booster leur business.

C’est la raison pour laquelle j’ai créé Digital Feeling! Je veux aider les entrepreneurs, TPE, à franchir le pas et booster leur business. Parlons de votre projet !

Dans toute activité humaine, les pertes de temps absorbent des ressources mais ne créent pas de valeur. James P. Womak et Daniel T. Jones, Lean Thinking.

Publié par Elodie Chenol

Elodie Chenol, Coach & Formatrice en réseaux sociaux

Laissez-moi un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :