Les 5 idées reçues sur les réseaux sociaux

Idees reçues sur les réseaux sociaux

Depuis que je travaille dans le social media, soit 10 années de ma vie, j’entends souvent la même chose. Que ce soit en entreprise ou en privé, voici ses 5 idées reçues sur les réseaux sociaux :

  • C’est facile !
  • Ce n’est pas vraiment un métier !
  • Sans formation, je vais me débrouiller tout(e) seule(e).
  • Si je poste quand j’ai le temps sur les réseaux sociaux, ça va le faire.
  • Je vais aller sur tous les réseaux pour toucher tout le monde.

Je vais vous expliquer pourquoi c’est faux et pourquoi il ne faut pas tomber dans le piège de ces idées reçues  sur les réseaux sociaux !

Quoiqu’on puisse en penser, ce n’est pas toujours facile de travailler dans les médias sociaux. Il y a 10 ans, on me disait « Tu as de la chance d’être sur payée pour aller sur Facebook toute la journée ». Pour mes collègues, j’étais payée à ne rien faire. Car aller sur les réseaux sociaux était synonyme de loisir et non pas de travail.

Aujourd’hui encore en 2020, cette idée persiste dans certaines entreprises.

Les réseaux sociaux ne sont pas pris au sérieux tant qu’ils n’ont pas prouvé leur valeur. Certains ne comprennent toujours pas leur intérêt et ne voient pas l’outil stratégique que représente les réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux servent à faire connaître votre entreprise à votre cible (notoriété) quelle que soit votre activité. Ils servent à construire une communauté (vos fans seront vos ambassadeurs), faire parler de vos produits ou services (vente sur le court ou long terme). Les réseaux sociaux vont vous faire émerger face à vos concurrents. Si vous êtes une association, les réseaux sociaux sont le bon moyen pour lancer des campagnes de donation (notamment sur Facebook et Instagram). Les réseaux sociaux possèdent le meilleur taux de conversion en fonction de votre activité par rapport au SEA. C’est le cas notamment pour la mode, le luxe et les produits de beauté.

Idée reçue n°1 : Les réseaux sociaux, c’est facile.

J’ai commencé à travailler dans les médias sociaux à plein temps il y a 10 ans. Je me suis vite prise de passion pour eux et notamment pour Facebook, Twitter, Linkedin et Instagram. J’ai beaucoup travaillé sur ces sujets. Mais pour réussir, j’ai fait énormément de tests pour comprendre quel était le meilleur moment pour la marque pour laquelle je travaillais pour poster (lien vers article)., quels étaient les sujets qui intéressaient ma cible, quels étaient les posts qui fonctionnaient le mieux (photos / vidéos). J’ai dû réagir vite en situation de crise et j’ai appris la modération positive.

Forte de cette expérience, j’ai formé mes collègues du service marketing de l’époque. En commençant par les BA-BA : Pourquoi aller sur les réseaux sociaux? A quoi ça ressemble ? Quelle est la stratégie de communication à adopter pour notre marque ? Comment faire un post ? Comment créer un compte ? …

J’ai aussi formé des collègues « en secret » qui voulaient en savoir plus mais n’osaient pas dire qu’ils n’y comprenaient rien. Et ce n’est pas grave. Il n’y a aucun mal à dire « je ne sais pas comment ça fonctionne ». C’est l’une des raisons d’être de mon métier. La pédagogie 🙂

Les réseaux sociaux sont un canal de communication à part entière ! Ils sont accessibles à tous. Mais qui dit accessibilité ne veut pas dire facilité.

Chaque réseau social possède ses propres codes, son rythme et la façon dont il faut s’exprimer sur chacun.

Pour mon métier, je me suis formée pour avoir une chaîne Youtube digne de ce nom. Je me suis formée pour ouvrir une belle page Pinterest et en comprendre le fonctionnement. Je me suis formée pour comprendre Snapchat et TikTok ! Sans ce travail de formation, vous allez vers une stratégie de communication qui va droit dans le mur. Comprendre est une des clés de la réussite.

les réseaux sociaux c’est facile

Idée reçue N°2 : Ce n’est pas un métier.

Comme mentionné plus haut, certains de mes collègues le pensaient. La création de mon poste était incompréhensible pour eux qui bossaient sur des canaux traditionnels comme le CRM, la publicité offline ou encore la communication institutionnelle. Mon poste de Cheffe de projet digital représentait 40% de mon temps sur les réseaux sociaux, 20% pour la mise à jour du site internet de la marque et 40 % en acquisition (trafic, notoriété et lead).  J’ai créé les pages de la marque sur Facebook et Linkedin. Un des exercices les plus difficile a été de rédiger les descriptions en quelques lignes d’une entreprise vieille de + 150 ans. J’ai développé la tonalité de la marque – le luxe mais accessible. J’ai travaillé sur l’identité visuelle de la marque sur ces réseaux. J’ai observé un rythme de communication idéal en fonction des tests réalisés et des ressources disponibles. J’ai réalisé une veille des concurrents sur les réseaux sociaux pour observer leur communication sur ces canaux. J’ai également fait des recherches de visuels disponibles et des sujets à traiter pour réaliser le planning éditorial. Ce travail se répétait tous les mois, en fonction de ce que j’avais appris, observer, des actualités de la marque à pousser …

Vous vous dites que c’est fini ? Et bien non, il faut encore programmer les posts dans l’outil de plannification, vérifier que tout fonctionne bien et se publie correctement.

Ensuite, il faut encore modérer. Ça veut dire quoi ?

Qu’il faut lire les commentaires et y répondre. Répondre aux questions, résoudre les problèmes soulevés et masquer les commentaires qui ne seraient pas conformes aux règles de politesse et de respect d’autrui. Il faut pouvoir transmettre les questions au service demandé en agilité extrême pour pouvoir apporter une réponse dans les 24 heures (l’avantage et l’inconvénient des réseaux sociaux : la rapidité de réponse). Dans une entreprise de 800 personnes tout en process, c’est un véritable challenge.

Mes journées étaient bien remplies. 40% de mon temps pour une marque automobile à fort rayonnement n’était pas toujours suffisant. Surtout qu’en réalité, on est connecté tout le temps pour suivre les commentaires et les performances des posts.

Et je ne vous parle pas de la publicité (l’acquisition), parce que là j’ajouterai encore une autre liste de tâches insoupçonnées.

Heureusement, je travaillais avec 2 Community Manager pour m’aider à gérer toutes ses tâches sur 3 réseaux sociaux. : Linkedin, Facebook et Google + (no comment pour ce dernier qui n’existe plus).

les réseaux sociaux ce n’est pas un métier

Idée reçue n°3 : sans formation, je vais me débrouiller.

On n’en revient au 1er point qui est «les réseaux sociaux, c’est facile ». Aujourd’hui, il y existe plein de matériel pour vous donner des informations : de vidéos, des tutos et des articles (comme ce blog). Si vous avez du temps et de la patience, vous pouvez tout lire, rechercher et visionner. Vous pouvez vous former grâce aux tutos Youtube et vous lancer. Certains ont déjà une appétence pour les réseaux sociaux et s’en sortiront. C’est d’ailleurs l’une des raisons d’être de mon blog : donner un maximum d’information pour les personnes qui souhaitent être autonome sur les réseaux sociaux.

Cela étant dit, les outils, les méthodes et les bonnes pratiques vont être longues à acquérir et vont demander du temps d’apprentissage. Vous aurez besoin d’apprendre de votre cible idéale et de son comportement sur les réseaux sociaux pour adapter votre stratégie. Vous pourrez donc perdre un temps précieux que vous n’utiliserez pas pour développer votre business.

J’accompagne aujourd’hui des clients qui connaissent les ficelles des réseaux sociaux mais qui n’ont pas les outils ou les méthodes pour se lancer. Ils ont besoin d’un accompagnement pour mettre en place ces éléments et avoir une communication digitale de qualité. J’accompagne également des clients qui ne connaissent pas les réseaux sociaux et qui se sont dit c’est facile 🙂

D’autres auront besoin de pratiquer avant de se lancer. Une formation leur servira à comprendre, pratiquer et à être rassuré.

Sans formation, je vais me débrouiller

Idée reçue n°4 :  Si je poste quand j’ai le temps ça va le faire

On revient à la stratégie de communication digitale sur les réseaux sociaux. Si on ne la définit pas et qu’on poste au petit bonheur la chance, ça ne fonctionnera pas.

Pourquoi ? Parce que vous n’aurez pas créer de RDV régulier avec votre cible. (les 5 conseils avant de vous lancer sur les RS lien article).

La définition de votre stratégie digitale est nécessaire, tout comme la création de votre planning éditorial. C’est l’outil qui va vous permettre de dérouler votre stratégie sur les réseaux sociaux. Vous allez y écrire, planifier et rechercher les visuels pour vos posts. C’est également l’outil qui va vous permettre de voir en un coup d’œil si vous avez bien défini votre identité visuelle.

Sans méthode ni le recul que vous apporte le planning éditorial, vos posts ne seront pas nécessairement cohérents en termes d’identité visuelle, de contenu ou de timing.

Le risque est également d’oublier de poster. De se dire qu’on le fera plus tard et hop il s’est passé 2 semaines sans que vous communiquiez sur les réseaux.

Le souci, c’est que votre cible aura arrêté de vous suivre parce que vous n’avez pas été régulier dans votre communication sur les réseaux sociaux.

Prenez du temps pour créer votre stratégie de communication digitale sur les réseaux sociaux. Prenez le temps de formaliser votre planning éditorial. Ils vont permettront de construire une communauté forte et votre succès de prise de parole sur les réseaux sociaux.

si je poste quand j’ai le temps ça va le faire

Idée reçue n°5 : Je vais aller sur tous les réseaux pour toucher tout le monde

Elle revient souvent celle-ci! Certains de mes clients se sont lancer sur tous les réseaux en espérant toucher tout le monde. Pourquoi c’est une erreur ? Que vous soyez entrepreneur, indépendant, TPE ou PME, vous avez un positionnement. Vous avez fait une étude de marché et vous ciblez un segment. Vous avez également défini vos personas. Alors pourquoi faire l’erreur de vouloir toucher tout le monde ?

Etablir votre stratégie de communication digitale, c’est :

  • Identifier où se trouve votre cible,
  • Définir sur quel réseau social elle se trouve ?
  • Quel contenu elle consomme ?
  • A quel moment la toucher ?

Mais c’est aussi, identifier le réseau social sur lequel vous êtes à l’aise.

  • Vous préférez écrire ?
  • Parler en podcast?
  • Parler en vidéo ?
  • Prendre des photos ?
  • Faire de l’humour ? …
ce que vous préférez faire est important pour réussir

En fonction de ce que vous préférez faire et là où vous êtes le plus à l’aise, le ou les bons réseaux sociaux seront ceux-là. Si vous êtes à l’aise, vous irez sur ce réseau. Alors que si vous n’êtes pas à l’aise, vous allez « subir » le moment où il faudra s’y rendre. Vous ne serez pas motivé et votre créativité s’en trouvera réduite. Vous avez alors 2 possibilités :

  • Vous gérez vos réseaux sociaux seul. Il est indispensable d’aller sur celui ou ceux sur lesquels vous êtes à l’aise.
  • Vous sous-traitez les réseaux sociaux à un community manager (freelance ou employé), vous pourrez cibler le réseau social et le contenu le plus adapté à votre cible. Faire appel à un professionnel est parfois la meilleure solution pour vous aider à avancer.

Je vous recommande de ne pas dépasser 3 réseaux sociaux car ce serait beaucoup trop chronophage et pas productif. Vous ne visez pas tout le monde mais votre cible.

Arrêtons les idées reçues et contactez-moi si vous avez besoin d’accompagnement ou de formation.

Publié par Elodie Chenol

Elodie Chenol, Coach & Formatrice en réseaux sociaux

Laissez-moi un commentaire